Aodrenn, speech therapist in New York

Interview d’Aodrenn, orthophoniste

Bonjour Aodrenn, vous êtes orthophoniste et vous proposez des consultations en français sur New York, pourriez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis diplômée de la Haute École de la ville de Liège en Belgique, en Logopédie donc l’orthophonie. J’ai exercé pendant quelques mois en France avant de m’expatrier à New York. Je fais de l’orthophonie avec uniquement une population francophone à New York.

On entend souvent dire que les enfants bilingues commencent à parler plus tard, partagez-vous cette opinion ?

Dire que les enfants bilingues ont un développement du langage plus tardif est un mythe. Les enfants bilingues simultanés, c’est à dire qui ont appris l’anglais et le français avant l’âge de 3 ans, se développent exactement de la même manière que les enfants monolingues au niveau du langage.

Existe-t-il des particularités dans l’apprentissage du langage chez ces enfants, sans toutefois qu’elles nous inquiètent ?

On peut observer que le vocabulaire, s’il est évalué dans une seule langue, va être moins important que celui d’un enfant monolingue. Mais en réalité si on prend les 2 langues : le vocabulaire en anglais plus le vocabulaire en français, l’enfant va avoir tout autant de vocabulaire qu’un enfant monolingue, voire peut-être même plus. L’autre aspect qui est aussi spécifique des enfants bilingues, c’est le “code switching”. Les parents vont souvent dire qu’ils mélangent les 2 langues, en réalité c’est un peu comme nous le faisons nous-mêmes en tant qu’adultes, quand on va utiliser un mot qui nous vient plus facilement dans une autre langue. Peut-être est-on en train de parler en français mais un mot anglais nous vient plus facilement. Pour les enfants c’est d’autant plus le cas car leur vocabulaire n’est pas encore aussi construit que le nôtre.

Auriez-vous un message ou un conseil, pour les enseignants qui sont, avec les parents bien sûr, les observateurs directs d’éventuels troubles chez les enfants ?

Les enseignants, en général, ont un bon élément de comparaison par rapport aux autres enfants de la classe. Si c’est dans un contexte où de toutes façons tous les enfants sont bilingues, ils peuvent comparer aux enfants bilingues et s’apercevoir que ce n’est pas le bilinguisme la cause à laquelle il faut référer. Si ce sont des enseignants qui ne sont pas dans un contexte où il y a beaucoup de bilingues, ils vont parfois dire que c’est à cause du bilinguisme et il faudrait peut-être davantage travailler sur l’anglais. Puisqu’on est aux États-Unis, on va se concentrer sur l’anglais et laisser un peu de côté la langue maternelle, ce qui n’est pas du tout à conseiller. Tout d’abord c’est la langue de l’affect. Ensuite, pour les parents c’est le bon modèle langagier à donner puisque c’est leur langue et c’est celle dans laquelle ils parlent et s’expriment bien. C’est très important de la conserver et cela aidera au développement de la langue du pays donc ce n’est pas un souci.

 Merci Aodrenn !

Aodrenn, orthophoniste

sur MyTutorSpeaksFrench.com

Click here for English version

Leave a Reply