Encourager et motivier ses élèves en les rendant acteur de leur apprentissage

Motiver les élèves par des productions concrètes

Parce que certains apprenants doivent littéralement “être aux commandes” pour enregistrer de nouvelles informations, accompagnez-les dans la réalisation de leurs propres projets !

En effet, mettre en œuvre  une démarche individuelle  nous permet non seulement de nous approprier les connaissances, mais aussi de développer notre créativité et de renforcer notre motivation  ! Réussite assurée !

Pas toujours facile de transmettre des connaissances et des concepts abstraits à nos élèves, qui ont (comme nous!) une fâcheuse tendance à se déconcentrer sous l’influence des multiples stimulations et tentations de leur environnement !

Notre réflexion sur le thème  “mémoire et apprentissage a déjà proposé quelques idées pour faciliter la mémorisation, comme exploiter le principal type de mémoire de vos élèves, et l’associativité de la mémoire.

Mais, très souvent,  c’est en étant acteur (puis, étape ultime, en expliquant son travail à un pair), que l’on comprend vraiment en détails une notion ou un mécanisme. Pourquoi ? Parce qu’en réalisant son propre projet, non seulement on met en place une démarche individuelle, qui exploite nos propres capacités, et on fait preuve de créativité, mais en plus on renforce notre motivation  à l’idée de voir notre idée originale aboutir, et donc on s’investit à 100% ! N’oubliez pas que notre capacité de mémorisation est liée à notre état émotionnel !

De plus, très souvent, au cours de la réalisation du projet, on se heurte à des difficultés, on cherche des solutions, on est donc contraint d’approfondir notre étude avec un but précis en tête, et on se souviendra longtemps de l’obstacle sur lequel on avait initialement buté  ! Bref, on s’est approprié le savoir ou le savoir-faire, et, au niveau biologique, on a renforcé solidement les connexions synaptiques dans le réseau de neurones mis en jeu !

Voici donc quelques suggestions de projets, qui peuvent être déclinés sous de multiples thèmes dans le cadre de l’étude de la langue française, et très souvent adaptés aux autres disciplines  académiques :

1- Construire une maquette

maquetteC’est possible pour tous les âges, avec des niveaux de complexité différents. De jeunes enfants apprenant le français pourraient par exemple fabriquer une maquette du corps humain pour travailler sur les parties du corps, et découper des habits et accessoires en papier, tissu et petit matériel, pour habiller ce modèle! A coup sûr, les enfants qui ont réalisé eux-mêmes la maquette connaîtront très vite le vocabulaire correspondant !

Autre exemple, en géologie au collège et au lycée, on peut construire des maquettes pour mieux comprendre le déplacement des plaques tectoniques, la formation des différents types de failles, etc…

2- Imaginer une pièce de théâtre

Pour s’approprier par exemple une leçon d’histoire, un chapitre sur l’histoire des Sciences, ou même un concept mathématique (solides, polygones, divisions….), demandez à vos élèves de le transcrire en saynète !

Dans un premier temps, à chacun d’écrire son scénario, après avoir recensé les mots-clés et idées fondamentales, qui devront bien entendu y être intégrés. Ensuite, pourquoi ne pas partir à la recherche d’accessoires et/ou personnages (marionnettes ou autres figurines et robots, dépendant bien sûr de l’âge et des centres d’intérêt de vos élèves) qui vont permettre de donner vie à la production ?

Ne pas hésiter à filmer le résultat, y compris les premiers essais !

Principal inconvénient de la réalisation d’une pièce de théâtre : c’est une activité réellement chronophage, c’est pourquoi je conseille de préparer un planning détaillé, avec indication des durées pour chaque étape, et de s’y tenir !  

3- Synthétiser un cours par une carte mentale

Une carte mentale (ou carte heuristique) est un schéma synthétique qui retrace le cheminement de la pensée pour construire une notion ou comprendre un phénomène.

4carte_mentale_angles

Réaliser une carte mentale à la fin d’un chapitre permet d’identifier les idées importantes, de les reformuler avec ses propres mots, et de les mettre en relation, en les organisant de manière rayonnante (mais personnelle !) à partir de l’idée principale, au centre du schéma. La carte heuristique peut être dessinée à la main, ou avec un logiciel dédié, tel que Framindmap (présenté ici).

4- Préparer un podcast

A partir de 8-9 ans, vous pouvez proposer à vos élèves d’enregistrer une émission de radio sur un thème donné. Un tel travail est souvent intéressant en binôme ou en trinôme, mais fonctionne très bien aussi en individuel. Là encore, place à la créativité avec la possibilité de rajouter des effets sonores, et de laisser une place à l’humour.

En tant que tuteur, veillez à bien définir les consignes avant de lancer le projet, notamment la durée du podcast, les notions et le vocabulaire attendus, les concepts à expliquer ou les idées à débattre.

5- Réaliser une vidéo

En général, les enfants aiment beaucoup pouvoir travailler avec nos appareils électroniques. Proposez-leur de leur prêter votre smartphone ou votre tablette pour enregistrer une vidéo, afin de les aider à apprendre leur leçon. Ils auront certainement des idées de mises en scène intéressantes (et surtout utiles pour eux !). Après avoir clairement défini les consignes, demandez-leur de préparer le projet en entier au brouillon avant de passer à l’étape d’enregistrement.

41179294 - the movie clapper. vintage photo shot.

Là encore, la motivation devrait être au rendez-vous, d’une part du fait que ce projet est personnel, et d’autre part par l’utilisation d’un outil numérique !

Un élève pourrait simplement proposer de filmer les pages de son cahier les unes après les autres en commentant chacune (vous pouvez suggérer de surligner ou encadrer les points les plus importants), un autre de faire des schémas ou de trouver des photos qu’il expliquerait à l’oral… Tous les supports sont permis tant qu’ils restent dans le sujet à réviser!

6- Concevoir un livre numérique

Entre la vidéo et le podcast, une alternative possible est la conception d’un livre numérique, par exemple avec l’Application Shadow Puppet Edu (présentée ici), intuitive et utilisable par les enfants dès l’école élémentaire. Chaque élève choisira une suite de photographies ou documents, en lien avec le thème étudié, qu’il pourra ensuite compléter avec des icônes, des schémas, du texte, et commenter oralement.

Le rôle d’encadrement du tuteur :
Dans tous les cas, à vous de cadrer le projet du début à la fin, d’intervenir si nécessaire dans la gestion du temps,  et d’être réactif aux baisses de motivation et difficultés techniques inhérentes à l’utilisation des outils numériques ! Montrez-vous enthousiaste envers les propositions, quitte à suggérer quelques ajustements, encouragez les pauses en cas de blocage, et donnez des coups de pouce lorsque c’est nécessaire ; non seulement vous aurez facilité l’apprentissage, mais en plus vous aurez développé l’autonomie de vos élèves !

Emmanuelle

Crédits photographiques : yarruta © 123RF.com; Sergey Novikov © 123RF.com; jirkaejc© 123RF.com

Leave a Reply